Je vous invite à découvrir l’art imaginaire

Leonor Fini «Petit sphinx ermite» (1948)
Leonor Fini «Petit sphinx ermite» (1948)

Je suis heureuse de vous convier aux deux conférences gratuites que je présenterai à l’exposition État d’art 16 les 1er  et 2 octobre prochain dans le cadre des Journées de la culture, à la Maison Tessier-Dit-Laplante, 2328 Avenue Royale à Québec.

Je vous invite également ici à découvrir l’art imaginaire dans mon blogue «Mon musée imaginaire» et à travers plusieurs citations.

CONFÉRENCES

Conférence «L’art imaginaire dans l’histoire de l’art»

Samedi 1er octobre 2016 à 15h

Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, l’imaginaire fait partie intégrante de la création artistique. Dans cette conférence, vous découvrirez sous quelles formes il s’est manifesté à travers les différentes époques de l’histoire de l’art en Occident. Vous verrez également comment les artistes de l’exposition État d’art 16 réintègrent ces manifestations dans leurs créations actuelles.

Conférence «Art imaginaire et figuration»

Dimanche 2 octobre 2016 à 15h

Dans cette conférence, vous découvrirez les principaux thèmes figuratifs de même que les différentes syntaxes visuelles des courants artistiques relevant spécifiquement de l’art imaginaire. Des créatures fantastiques aux forêts profondes, en passant par le Symbolisme et le Pop Surréalisme, l’art imaginaire s’incarne dans une iconographie teintée d’onirisme, de mystère, d’étrangeté et de fantasmagories.

EXPOSITION ÉTAT D’ART 16

Dans l’exposition État d’art 16, vous pourrez découvrir certains artistes de l’art imaginaire du Québec : Jérôme Bertrand, Raynald Blouin, Martin Bouchard, Carole Fontaine, Raphaël Hébert, Denis Jacques, Tibor Kovalik, Laurent Lafleur, Lyne Lafontaine, Alexandra Laroche, Gabriel Lavoie, Annie Leroux, Julï Le sage, Manon Potvin, Ysabelle Sénécal, Joanne St-Cyr, Ann Warren.

État d’art 16 est une activité organisée par la Société d’art et d’histoire de Beauport (SAHB).

L’ART IMAGINAIRE ?

L’art imaginaire (ou fantastique, visionnaire, surréaliste, symboliste, magique, pop surréaliste, etc.) utilise les codes picturaux de la figuration réaliste pour représenter l’invisible, l’onirique ou le fantasmagorique. Ces codes de la figuration impliquent habituellement un souci du vraisemblable dans le rendu des formes et des couleurs, dans la composition, les textures et la perspective. L’ambiguïté réside essentiellement dans le fait que ce réalisme se situe dans un univers imaginaire, souvent à l’atmosphère flottante, où une part plus ou moins importante est consacrée à l’invention.

Certains artistes ne vont ajouter que de légères touches d’imaginaire à leur tableau, d’autres vont pousser l’idée jusqu’à complètement se perdre dans un monde qui n’a plus rien à voir avec le nôtre et qui défie toute logique. Dans un cas comme dans l’autre, nous avons affaire à des univers parallèles obéissant à leurs propres lois, à des juxtapositions surprenantes et parfois incongrues, à des métamorphoses parfois complètement improbables.

Voici quelques définitions de l’art imaginaire (ou fantastique, visionnaire, surréaliste, symboliste, magique, pop surréaliste, etc.) :

«Pour qu’on puisse parler d’art fantastique, il faut que l’univers décrit présente des différences ou des rapprochements inattendus, voire inconciliables avec l’état naturel des choses et avec nos représentations conventionnelles, il faut que certains éléments subissent des modifications par rapport à ce que nous en connaissons ou croyons en connaître. Ces images dérouteront, interrogeront, dégageront de la poésie. » Michel Barthélemy 

«Le Symbolisme c’est […] l’attachement aux processus les plus classiques de la mimesis et une tentative de réinvestir une syntaxe fatiguée par plus de quatre siècles d’usure en la manipulant pour donner une substance iconique à l’image rêvée.» Robert L. Delevoy, Le Symbolisme, Éditions Skira, 1982

«Renonçant à représenter les apparences, les peintres symbolistes vont chercher à exprimer «l’Idée», donnant de ce fait une place importante à l’imaginaire. Le «Rêve» est leur seul crédo.» Michael Gibson, Le Symbolisme, Édition Taschen, 1994

«Le fantastique dans l’art se présente sous des aspects si variés et chatoyants qu’il est a priori difficile de le circonscrire ou d’en tracer  les limites. Cela vient du fait qu’il ne correspond pas à une époque précise et que le plus souvent on ne reconnaît et nomme tel que bien lus tard.» Walter Schurian, Art fantastique, Éditions Taschen, 2005

«Le fantastique est la beauté, le sublime, le fragile ; c’est le grotesque et l’horrible, c’est ce qui entoure le réel et le dépasse, c’est la supra-réalité. C’est quelque étrange formulation d’un énoncé intérieur également bizarre qui, lorsqu’il s’extériorise, arrive à exprimer quelque chose d’une importance unique pour tous les hommes.» David Larkin, Art fantastique, Éditions du Chêne, 1973

«Le fantastique revêt, dans les différentes formes d’expression artistiques, des aspects si nombreux et si variés, qu’il ne peut être question de les recenser tous. […] L’art contemporain, grâce au Surréalisme surtout, a fait au Fantastique une part considérable, et le transforme incessamment, proposant des figures d’une interprétation plus complexe et plus équivoque encore que les figures traditionnelles. Il existe donc, aujourd’hui,  dans tous les pays, un Fantastique en train de se faire, très différent de ce que l’on pourrait appeler le Fantastique « classique ». Une constante attention et une inlassable vigilance doivent être exercées par celui qui sait que le Fantastique n’est pas le domaine du passé, cadastré et inventorié une fois pour toute.» Marcel Brion, L’Art fantastique, Éditions Albin Michel, 1989

BLOGUE «MON MUSÉE IMAGINAIRE»

Je vous invite également à visiter le blogue que j’ai créé en 2011 intitulé Mon musée imaginaire qui répertorie mes œuvres préférées de l’art imaginaire. Elles relèvent  surtout du Surréalisme, du Symbolisme, des Pré-Raphaëlites, de l’Art visionnaire, du Pop surréalisme, du Fantastique et du Réalisme magique, bien que certains maîtres anciens (dont j’inclue ici et là quelques exemples) ont côtoyé les codes de l’art imaginaire avec leurs créatures fantastiques, leurs symbolismes obscurs, leurs allégories étranges, leurs transformations morphologiques, leurs personnifications d’éléments abstraits, ou leurs atmosphères énigmatiques.

Vous trouverez plus précisément dans mon blogue des œuvres imaginaires dans les catégories d’articles «Artistes favoris» et «Chef-d’œuvres», de même que dans les pages «Âme», «Enfant», «Rêve», «Ombre», «Cœurs», «Oiseaux», «Ours» et «Fantasmagoria» du menu déroulant «Thèmes», même si l’art imaginaire se manifeste dans presque toutes les sections de mon blogue.

Bonnes découvertes !

Auteur : Louise Sanfaçon

J'aime l'art, je fais de l'art, l'art c'est ma vie. / I love art, I make art, art is my life.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s